Métiers de la data : tendances et marché

Déc 7, 2021 | Métiers de la data

Industrialisation des programmes data, accélération des initiatives en data science, crise sanitaire, essor du télétravail, enjeux du cloud, cybersécurité… Les deux dernières années ont modifié les paradigmes du marché de l’emploi IT en jouant un rôle d’accélérateur.

On observe une forte augmentation des postes à pourvoir en data et informatique, ainsi qu’une pénurie de certaines ressources clé sur le marché. Selon une étude Michael Page Technology / Choose your boss, près de 8 entreprises sur 10 rencontrent des difficultés à recruter des experts de l’IT. Devant cette tendance qui ne semble pas vouée à diminuer, quel est la physionomie actuelle du marché de l’emploi dans la data et l’IT ? En quoi les acteurs du conseil en data, tels que DataValue Consulting apportent-ils une réponse de choix aux entreprises en quête de croissance ?

Nouveau call-to-action

Quels sont les métiers IT et data les plus recherchés en 2022 ?

 Les métiers de spécialistes de la donnée 

Le cabinet Michael Page Technology a analysé les profils les plus sollicités qui répondent aux besoins actuels du marché. Parmi eux, nous trouvons les professionnels de la donnée (data architect, data engineer, data analyst et data scientist) mais également les ingénieurs Cloud, DevOps et les experts en cybersécurité.

Au-delà des profils dotés de compétences techniques, de nombreux cabinets et entreprises recherchent des consultants technico-fonctionnels expérimentés en mesure de piloter de façon transversale les projets et d’intervenir auprès des directions IT et métiers pour faire émerger de la valeur concrète.

Les compétences et maîtrises technologiques attendues des Data Scientists concernent R, SAS, SQL, Python, Matlab, le Machine Learning et le deep learning, le Data Mining, et bien sûr des connaissances en bases de données. On observe une forte évolution du marché de la data science avec de nouveaux métiers qui voient le jour comme Research Scientist ou Applied Scientist. Selon le Gartner, près de 40 % des missions de Data Science auront été assurées en 2021 par des ressources qui ne disposent pas des compétences ou de la formation d’un data scientist. 

A cette liste, nous pourrions rajouter le profil de Machine Learning Engineer. Si les data scientists sont au cœur du développement et de la conception des algorithmes et applications IA, le Machine Learning engineer a pour responsabilité d’assurer l’industrialisation et la mise à l’échelle des algorithmes d’IA. Autant dire que sans un Machine Learning Engineer, les POC risquent se multiplier sans aboutir à des projets rentables.

    Les experts en cybersécurité 

    La crise COVID-19 a accéléré l’hyperdigitalisation et accru la tension du marché d’expert en cybersécurité et en sécurité réseaux, suite à la recrudescence d’attaques et de tentatives d’intrusion. Cette tension était déjà importante avant la pandémie et la mise au jour de la faille Heartbleed des certificats SSL n’a rien arrangé. A ce jour, l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) se place en haut du podium des recruteurs de talents dans la cybersécurité. Certains secteurs d’activité la suivent de près, notamment les banques, les mutuelles ou les sites d’e-commerce mais de façon générale, toutes les entités gérant et stockant des données sensibles font face aux mêmes enjeux.

    Devant ce besoin croissant d’experts en cybersécurité, l’offre pédagogique des écoles et universités s’est récemment étoffée à travers de masters spécialisés en cybersécurité. Quelques exemples de masters recherchés par les recruteurs : master en « Sécurité des systèmes d’information » de l’Université Technologique de Troyes, master « Sécurité informatique » de l’Esiea, master Cybersécurité » de Telecom Bretagne. De façon plus générale, en regard du manque de ressources disponibles, les instituts de formation se mettent au diapason du marché de l’emploi IT pour combler le manque.

    Parité et diversité dans les métiers de l’IT

    La place des femmes dans les métiers de l’IT reste encore largement minoritaire avec un ratio de 80% d’hommes pour seulement 20% de femmes. Cependant, les femmes semblent opérer une percée dans les métiers de la data : elles sont 7% des professionnels de l’IT à exercer des fonctions comme Data Scientist ou Data Analyst pour seulement 3% d’hommes selon le cabinet Michael Page.

    Au niveau de l’inclusion, une DSI ou une entreprise de conseil peut gagner en attractivité en assurant une diversité ethnique, sociale et de genre. Ceci permet non seulement d’être en phase avec l’évolution de la société mais également de gagner en compétitivité. C’est en tout cas ce qu’observait Deloitte lors d’une étude publiée fin 2019 : les entreprises matures en matière d’inclusion et de diversité auraient 60% de chances supplémentaires de gagner en créativité et en innovation, tout en améliorant leur réputation et leur attractivité. La sous-féminisation que nous venons d’évoquer ne facilite pas les bonnes intentions, mais sur des critères sociaux et ethniques, de nombreux employeurs ont fait sauter les barrières depuis longtemps. DSI et DRH peuvent collaborer, non pour des quotas, mais pour mettre en avant des principes d’équité et d’accessibilité.

      Attractivité des cabinets de conseil en data 

      Face à ce marché dynamique dont les ressources clés sont difficiles à recruter, on observe une forte attractivité des offres des cabinets de conseils spécialisés dans les métiers de la data ou de la cybersécurité. Selon une étude IDC, le marché du Big Data et Analytics observerait une croissance de 12,8% dans les années à venir.

      Effectivement, les entreprises se trouvent à un tournant de leur histoire. Ils doivent aujourd’hui démontrer au marché leur capacité à industrialiser des cas d’usage en data, afin de faire émerger de la valeur et préserver leur part de marché. Pourtant, beaucoup d’entreprises rencontrent des difficultés à mener à bien concrètement ces projets (mauvaise qualité de données, problèmes d’acculturation, insécurité des systèmes, lenteurs des processus, complexité des systèmes, etc…)

      Certaines entreprises ont par ailleurs investi des sommes colossales dans des plateformes, et perçoivent aujourd’hui l’importance de la définition de la stratégie, la compréhension des besoins fonctionnels et l’alignement entre la stratégie et l’organisation.

      En tant que cabinet de conseil en data, DataValue Consulting est beaucoup sollicité par les entreprises pour les accompagner sur des missions d’audit, de définition de roadmap data, de conception d’architecture, de gouvernance des données ou d’aide au choix d’outils. Notre offre permet aux entreprises de bénéficier de ressources compétentes et formées aux dernières technologies data et méthodologies projet.

         

        Nathalie-Hoyos

        Par Nathalie Hoyos
        Directrice marketing et communication chez DataValue Consulting

         

         

        La rédaction vous conseille

        > Data Scientist, Research Scientist et Applied Scientist : quelles différences ?

        > Stratégie data-centric : l’importance de la vision

         

        Nos ressources

        Livre Blanc

        Mise en oeuvre d'une stratégie 
        de qualité des données 

        Livre Blanc

        Feuille de route d'une stratégie
        de Data Management 

        Baromètre annuel de la data

        Les priorités des décideurs
        data en 2022 

        Share This